Élections locales en Tunisie 2018

Les élections municipales tunisiennes ont eu lieu le 6 mai 2018. Avant la révolution de 2011, la plupart des autorités locales étaient désignées par le gouvernement central et devaient rendre des compte au Ministère de l’Intérieur. Il s’agissait donc d’une étape importante pour la démocratisation du pays et le processus de décentralisation.

Par Mohatatou – CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=65206465

La nouvelle constitution a reconnu la décentralisation et le rôle des communes à travers le chapitre 7. Le code des Collectivités Locales (Loi organique n° 48 de 2017) a été voté au Parlement que le 26 avril 2018, seulement 10 jours avant les élections municipales.

Ces élections ont été marquées par un taux important d’abstention, en particulier des jeunes. Il apparaît clairement que les enjeux municipaux ne sont pas lisibles. Les résultats ont généralement été interprétés comme une désaffection pour les partis traditionnels, même si, dans la plupart des villes, le parti conservateur et islamiste Ennahda a mieux résisté que Nidaa Tounès. Le parti islamiste a remporté l’élection à Tunis, Sfax, Bizerte…

L’un des faits notables de cette élection a été l’émergence de listes « indépendantes ». Si le terme recouvre diverses réalités, l’élection des listes de Slim Meherzi à la Marsa et Fadhel Moussa à l’Ariana suscite l’intérêt de plusieurs observateurs.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *