Elections municipales en Guinée

Les élections locales se sont déroulées le 7 février 2018. dans un climat violent qui a fait plusieurs victimes. Depuis l’ouverture démocratique du début des années 90, les processus électoraux en Guinée sont fragiles et émaillés de violences et d’accusation de fraude.

Par Joelguinea, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1798316

Les élections municipales avaient été reportés à plusieurs reprises après 2010. Le gouvernement d’Alpha Condé avait invoqué des questions financières.  L’opposition accuse le gouvernement de vouloir concentrer tous les pouvoirs. Les mandats municipaux avaient été renouvelés une première fois au prorata des voix obtenues par chaque parti aux derniers scrutins nationaux.

Dans ce contexte, le parti du président d’Alpha Condé (RPG) a remporté de nombreuses villes du pays (dans les villes de Haute Guinée et Guinée forestière…) mais c’est l’opposition de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) qui a gagné la capitale Conakry et dans le nord du pays. La troisième force politique du pays est l’Union des Forces Républicaines (UFR).

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *